Hallux Valgus


1. La définition et les différents stades

L'hallux valgus est la déformation la plus fréquente au niveau des pieds : le premier métatarsien (l’os long en amont du gros orteil)  est déplacé en dedans (varus en "latin"), et le gros orteil (hallux en "grec") en dehors (valgus en "latin"). L'exostose (bosse osseuse), située au bord interne du pied constituant le sommet de l'angle de la déformation, ou "oignon" naît et s'aggrave par le conflit avec la chaussure (bursite).

Premier stade ou hallux valgus débutant

La douleur, au chaussage uniquement en regard de l'exostose et  au contact de chaussures fines ou après une marche prolongée  La douleur ne dépend pas de l’importance de la déformation.

Hallux Valgus

Deuxième stade

Deux possibilités:
- les poussées douloureuses se succèdent et augmentent en intensité amenant à l'intervention
- les poussées s'estompent et on observe une accalmie qui peut durer plusieurs années. Cette accalmie est trompeuse car la déformation, en général, continue d'évoluer aboutissant aux déformations des autres orteils en commençant par le 2ème orteil

Troisième stade ou "Syndrome du 2ème rayon"

Le motif de consultation n'est plus l'exostose mais le plus souvent une douleur ou un cor au sommet du deuxième orteil qui est en griffe, avec le plus souvent un durillon douloureux sous la base du 2ème orteil (métatarsalgie). Ce "Syndrome du 2ème rayon" est la conséquence directe de l'hallux valgus et il faut le traiter en même temps sous peine de récidive.

Quatrième stade ou "Pied complexe"

L'évolution non traitée se fait alors vers :
- l'aggravation de la déformation du deuxième orteil qui se luxe.
- l'extension des désordres à tout l'avant-pied avec des griffes des autres orteils et un large durillon douloureux sous la plante du pied

Pied complexe


2. Les causes

Sous anesthésie loco-régionale (seulement le bras), une incision de 1 cm est pratiquée au pli du poignet. Une caméra est introduite dans le tunnel au contact du nerf, et un instrument coupant ouvre celui-ci pour décomprimer le nerf médian.

  • Prédisposition féminine : 95 femmes pour 5 hommes à cause de la souplesse ou la laxité articulaire, des modifications hormonales (la ménopause).
  • Prédisposition congénitale : une tendance familiale, ce n'est pas une maladie héréditaire qui se transmet obligatoirement à la descendance.
  • Longueur du premier orteil par rapport au secondPied égyptien
    * les "pieds égyptiens" (gros orteil plus long =60 %)
    * les "pieds grecs" (gros orteil plus court =15%),
    * les "pieds carrés" (25 %)
    Plus le gros orteil est long, plus il est rabattu vers les autres orteils par une chaussure à bout pointu.
  • La chaussure féminine à bout pointu et talon haut, qui surcharge et comprime les orteils.


3. La correction chirurgicale des déformations

Le principe n'est pas de raboter la bosse ( conséquence de la déformation ), mais de s'attaquer à la cause. Pour cela il faut :

  • ramener le premier métatarsien vers le second, et donc le redresser : ceci est réalisé grâce à l'ostéotomie (ou coupe osseuse) 
  • aligner le gros orteil dans le prolongement de son métatarsien : ceci est réalisé grâce à une ostéotomie de redressement et de raccourcissement

La cicatrice : vous aurez aucune cicatrice s’il s’agit d’une chirurgie percutanée ou  une seule cicatrice d'environ 1.5 cm s’il s’agit d’une  Chirurgie mini-invasive

Correction Pied Complexe

4. Séjour en clinique


Consultation pré-anesthésie :

Vous verrez le médecin anesthésiste qui vous examinera sur le plan général et vous présentera la technique anesthésique loco-régionale (pied seulement).

Chaussures :

Vous irez chercher chez le pharmacien la chaussure postopératoire adaptée.

Chaussures post-opératoire

L'arrêt de travail :

Il sera en général d’un à trois mois et vous sera remis, sur demande, au cours de votre hospitalisation.

L'intervention :

L'intervention se déroule sous anesthésie loco-régionale "bloc sciatique poplité ou pédieux", technique la plus souvent utilisée.
Un diffiseur d’antalgique est mis en place au moment de l’anesthésie pour une durée de 24 h.

Les suites opératoires :

Après l’intervention : vous devrez rester alitée, les pieds surélevés, en dehors des repas, de la toilette et quelques pas dans la chambre  avec la chaussure adaptée  pour Lutter contre l’œdème. La mobilisation  et les premiers pas seront  commencés le lendemain de l’intervention (jour de la sortie) en présence du kinésithérapeute.

La sortie de clinique :

Vous ne pourrez pas conduire mais vous pourrez voyager assise si le trajet n'est pas trop long.
Il  sera refait dans mon cabinet entre le 12 et 15ème jour; aucun pansement n’est à prévoir à domicile.

Sortie de clinique

Les premières semaines 'Lutte contre l'œdème et l'inflammation' :

Votre pied va avoir tendance à gonfler.
Nos Conseils : Surélever légèrement les pieds du lit la nuit .
Le jour : Repos sur une chaise longue, minimum 3 heures par jour. Appliquer de la glace sur le pansement de l'avant-pied et ceci pendant une durée de 15 minutes qu’il faudra renouveler toutes les 3 -4 heures.

De 1 mois à 1 an :

L’œdème va se résorber lentement puis disparaître (je vous conseille des bains d’eau froide et salée ou bien l’eau de mer), la raideur postopératoire des orteils va diminuer, mais vous devez continuer votre rééducation. Les activités sportives sont autorisés à partir du 4ème mois. Vous allez progressivement vous rechausser comme vous le souhaitez.

Consultation post opératoire :

  • 15ème jour : pansement
  • 1er mois : contrôle technique et radiologique
  • Contrôle final entre le 3ème et le 6ème mois



5. Conclusion

L’hallux valgus n’est pas une fatalité. Il existe aujourd’hui des techniques chirurgicales mini-invasive et percutanées permettant de reprendre rapidement une activité adaptée et afin  d’obtenir d’excellents  résultats esthétiques et fonctionnels.


Névrome de Morton

Le névrome de Morton correspond à une pseudo tumeur d’un nerf plantaire de l’avant pied.
Fréquemment, il s’agit du nerf plantaire du 3ème espace inter métatarsien (entre le 3ème et le 4ème métatarsien) voir du second espace. Le nerf prend un aspect « nodulaire », en général avant sa division entre deux branches qui organisent la sensibilité latérale des orteils.

Les douleurs évoluent parfois depuis  plusieurs  années. Elles sont souvent majorées par un chaussage serré, ou par une marche prolongée. Elles ressemblent à des  brûlures, ou des fourmillements  voire des décharges électrique au niveau des orteils. Une perte de sensibilité est parfois retrouvée.
L’Échographie réalisé par un praticien habitué confirme le diagnostic, mais l‘IRM reste l’examen de choix.


Traitement médical :

Il peut être suffisant :Névrome de Morton

  • évitement de chaussures trop étroites
  • semelles ou orthoplasties adaptées
  • inflitrations ciblées

En cas d'échec, l'intervention chirurgicale peut être proposée.


Traitement chirurgical :

Si la symptomatologie est essentiellement neurologique (paresthésies, décharges électriques, …) et si le bilan échographique met en évidence une lésion importante en volume, l’ablation de la lésion est souvent choisie. On réalise alors l’exérèse du névrome par voie dorsale.

Si la symptomatologie est mixte et qu’il existe, comme c’est parfois le cas (Avant Pied rond) un  hyper appui plantaire avec durillons, le traitement chirurgical peut être effectué en percutané. Il associe une libération du nerf par section du ligament inter métatarsien et des ostéotomies distales des métatarsiens.


Hallux Rigidus

L’hallux rigidus ou arthrose de l’articulation métatarso-phalangienne du gros orteil, est à l’origine d’une douleur  siégeant sur le dos de l’articulation du gros orteil et une limitation de la flexion dorsale de ce dernier.

L'examen clinique :

Aspect élargi de la tête métatarsienne.

L’ostéophyte dorsal est parfois saillant sous la peau et douloureux.

Limitation de la flexion dorsale.

La mobilisation de l’orteil est douloureuse


Radiographie :

La simple radiographie de face  et de profil  confirme le diagnostic.


Traitement :

Conservateur :

dans un premier temps, un traitement médical est prescrit, avec des Antalgiques, des anti-inflammatoires, locales ou générales et des  infiltrations.
L’adaptation du chaussage est importante, avec des chaussures larges qui diminuent les conflits sur les ostéophytes saillants. Le port de chaussures à talons plats est conseillé.

Chirurgical :

  • Résections des ostéophytes (émondage- chéilectomie) dans les stades débutant.
  • Arthrodèse (blocage) de l’articulation métatarso-phalangienne dans les stades avancée.
  • Ostéotomie phalangienne et ostéotomie du 1er métatarsien dans les autres stades.


Pathologie du Cinquième Rayon

  • Durillon du cinquième orteil
  • Cor interdigital ou Oeil de perdrix
  • Quintus Varus Supradductus
  • Tailor's Bunion ou Bunionette

1. Durillon du Cinquième Orteil

Le durillon du bord latéral du 5e orteil peut être extrêmement douloureux donnant l’impression au patient d’avoir un caillou dans la chaussure. Une chaussure serrée avec une pression excessive sur le 5e orteil en est souvent la cause. Les raisons de cette lésion, en dehors de l’exposition directe à la chaussure, peuvent être anatomiques.

La radiographie permet donc de faire le diagnostic des anomalies osseuses congénitales.

Durillon du cinquième orteil

Traitement :

Conservateur :

Des soins de pédicure, permettant d’ôter le durillon, avec un pansement siliconé ou coussinet sur l’orteil.

Chirurgical :

Le traitement chirurgical est indiqué lorsque la récidive du durillon est trop fréquente, précoce ou s’il existe un risque de surinfection, Il consiste en l’ablation de la surface osseuse proéminente en percutanée et en hospitalisation de jour.



2. Cor interdigital ou Oeil de perdrix

C’est une lésion hyperkératosique qui survient dans l’espace interdigital au contact d’une surface osseuse proéminente. Un œil de perdrix interdigital apparaît entre deux surfaces osseuses de deux orteils adjacents, habituellement cet oeil de perdrix apparaît dans l'espace interdigital.

Cor interdigital

Traitement :

Conservateur :

Mise en place d’une orthèse séparant le 4e et le 5e orteil avec élargissement de la chaussure, et un traitement anti-fongique local associé des soins de pédicure. Des conseils d’hygiène sont donnés aux patients, en particulier celui de bien sécher l’espace interdigital après la toilette.

Chirurgical :

Le traitement chirurgical est indiqué devant l’échec du traitement médical.



3. Quintus Varus Supradductus

Le Quintus varus supradductus est une malformation congénitale du 5e orteil. Il s’agit d’une lésion qui est psychologiquement gênante chez l’enfant, mais qui peut devenir douloureuse à l’âge adulte du fait du conflit latéral et dorsal de l’orteil avec la chaussure.

Quintus Varus Supradductus

Traitement :

Conservateur :

Modification des chaussures.

Chirurgical :

Le traitement chirurgical d’un quintus supradductus à l’âge adulte de première intention doit comporter :

  • un geste au niveau du tendon extenseur
  • libération de l'articulation métatarsophalangienne et de l'articulation interphalangienne
  • l'ostéotomie de la 5ème tête métatarsienne
  • un lambeau cutané d'addiction dorsal permettant la couverture de l'articulation



4. Tailor's Bunion ou BunionetteBunionette

La bunionette se caractérise par la proéminence (saillie) latérale de la tête du 5e métatarsien entraînant un durillon au niveau du bord latéral de la tête métatarsienne et un durillon plantaire qui  peut être accompagné d’une bursite plantaire.

Evaluation radiologique : pied de face et de profil en charge


Traitement :

Conservateur :

Comporte bien sûr un chaussage large avec des  soins de pédicurie pour diminuer l’hyperkératose plantaire.

Chirurgical :

Le traitement chirurgical est adapté en fonction du type de la  bunionette.


Orteils en griffe

C’est une déformation inesthétique et douloureuse d’un ou plusieurs orteils (2ème, 3ème, 4ème, 5ème orteil) par contracture ou flexion d’une ou des articulations d’un orteil, créant une pression sur le pied lors du port de chaussures et causant des difficultés de chaussage.

Étiologies (causes) :

  • Trouble statique : Hallux Valgus
  • Crosse latérale du gros orteil
  • Pied creux
  • Neurologique : séquelle d'hémiplégie, syndrome des loges
  • Inflammatoire : polyarthrite rhumatoïde
  • Déséquilibre musculaire par des chaussures à semelle rigide
  • Congénitales

Symptomatologie :

  • Douleur et/ou irritation de l'orteil
  • Apparition de cors sur le dessus et à l’extrémité de l’orteil, ou entre deux orteils causés par le frottement constant contre la chaussure

Orteils en griffe

En distinguer trois stades évolutifs à la déformation :

  • la griffe réductible
  • la griffe fixée
  • la griffe avec luxation métatarsophalangienne


Traitement :

Non chirurgical : symptomatique et transitoire
  • Soins de pédicure : ablation des cors et des durillons
  • Changement de chaussures
  • Semelles orthopédiques
Les solutions chirurgicales :

La chirurgie est nécessaire lorsque l’orteil en griffe devient rigide, afin de  soulager définitivement la douleur et l’inconfort causé par la déformation.

Gestes osseux :

  • Ostéotomie de raccourcissement phalangienne
  • Arthodèse (fusion de l'articulation inter phalangienne)
  • Résection arthroplastique
Gestes sur les parties molles :

Allongement, transfert ou ténotomie tendineuse.


Conclusion :

Aujourd’hui le traitement des orteils en griffe fait appel aux techniques chirurgicales mini-invasive et percutanées afin d’obtenir des résultats esthétiques et fonctionnels excellents.